D'autres images sont disponibles dans les nouveautés de ma banque d'images

Le caractère du bâti dans l'Obergoms, la partie supérieur de la vallée de Goms en amont de Niederwald a conservé un caractère unique. Ulrich Weger et son entreprise de menuiserie et charpente ont une maîtrise de la rénovation dans ces villages répertoriés qui m'a intéressé, car il demande un savoir-faire et un sens du patrimoine original et hors du commun.

 

Voici le texte publié dans le Nouvelliste à cette occasion:

Gluringen, Reckingen, Münster, Geschinen, Ulrichen... En amont de Niederwald, les villages de la vallée de Goms rivalisent tous par leur beauté, leur authenticité et le maintien de l’architecture traditionnelle en bois de leurs étables, granges, greniers et maisons d’habitation. En déambulant dans les ruelles étroites où semblent bien vivre les «Gommer», les habitants de Goms; on pourrait se croire au temps des Walser. Tous les hameaux sont répertoriés à l’inventaire fédéral des sites construits d’importance nationale (ISOS). Geschinen y est évalué de la plus grande importance, de même que Münster où les autorités communales, les entrepreneurs et artisans locaux ont élaboré un règlement des constructions strict il y a plus de 15 ans, allant même au-delà des normes cantonales  pour le plaisir notamment de Patrimoine Suisse. Le résultat parle de lui-même, nombreux sont les visiteurs à profiter des thèmes développés par les sentiers culturels de ces deux localités et à admirer le fabuleux patrimoine bâti de la partie supérieure de la vallée de Goms. Conquis, quelques uns reviennent et y acquièrent, qui un grenier, qui une grange typique au milieu du village, côtoyant quotidiennement les habitants du lieu. Ulrich Weger est titulaire de la maîtrise fédérale en charpente et menuiserie. Lui et ses 20 employés, tous indigènes, rénovent et transforment ce bâti traditionnel dans le strict respect de l’âme des lieux: «Ici ont vécu des générations de paysans avec leurs bêtes; on doit pouvoir ressentir cet héritage dans le bâtiment rénové.» Le résultat est parlant, l’aspect extérieur respecte l’identité de l’objet initial; les ouvertures pratiquées sont discrètes tout en restant lumineuses et l’intérieur est aménagé de manière contemporaine, claire et aérée, adaptée aux goûts des nouveaux propriétaires. «Forts de quinze ans d’expérience dans ce type de rénovations, nous n’avons subi que très peu de recours de la fondation Weber en 2012, constate fièrement Ulrich Weger. Ce grâce à l’inventaire fédéral ISOS et à la qualité des transformations déjà réalisées. Nous maintenons ainsi la vie dans nos hameaux.» Bien qu’inquiet au sujet du proche devenir de la branche dans sa vallée, l’entrepreneur se dit confiant à long terme: «le projet de loi mentionne des possibilités de revente pour les bâtiments agricoles rénovés dans les règles de l’art, ce que nous avons toujours fait. Je vois même cette remise en question du domaine de la construction comme une chance pour la vallée de Goms de se profiler encore plus au coeur de nos visiteurs!» Le savoir faire de l’entreprise est réputé; aussi longtemps qu’il a du travail sur place, Ulrich refuse les demandes provenant du bas-valais ou d’autres régions de montagne. Son but premier? Le maintien des places de travail que durant toute l’année il offre aux artisans de la vallée, le maintien du caractère d’un pays qui lui est cher et pour lequel il est devenu un acteur essentiel.

François Perraudin twitter   
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.